Cette recherche vise à analyser comment un territoire, à partir du classement d’un objet patrimonial d’art pariétal au patrimoine mondial de l’UNESCO, se développe dans toutes ses composantes (économiques, sociales, environnementales) et fait évoluer son identité, ses éléments de culture, afin de se singulariser, de se redéfinir dans un contexte où il acquiert une visibilité internationale et doit être en capacité d’accueillir ses visiteurs venus « d’autres cultures ».

Cette thèse est dirigée par Florent GAUDEZ du laboratoire EMC2 (Émotion, Médiation, Culture, Connaissance) de Grenoble. Léa partage son temps de travail entre son laboratoire de recherche et le « terrain » en Ardèche.