L’Université Territoriale d’Entreprises a été créée le 2 juillet 2012 pour répondre aux enjeux Ressources Humaines du territoire, enjeux renforcés par le Grand Projet La Caverne du Pont d’Arc.

Ces enjeux ont été identifiés lors d’un diagnostic prospectif emploi-formation. Ce sont :

  • la professionnalisation
  • la fidélisation des salariés
  • l’annualisation du temps de travail
  • la mutualisation des compétences
  • l’organisation des ressources humaines
  • la coopération des professionnels

Il est apparu des besoins importants en termes de :

  • professionnalisation sur des métiers nouveaux (guide conférenciers, animateurs pédagogiques…)
  • mutualisation de certains emplois par les professionnels
  • évolution qualitative nécessaire sur les fonctions d’accueil

De tels changements sont nécessaires pour permettre d’étaler en partie la saison touristique et de diversifier l’offre touristique vers un tourisme culturel et patrimonial.

Pour mener ce changement, l’Université Territoriale d’Entreprises -inspirée des Universités d’Entreprises- a été créée.

Calquée sur le modèle des universités d’entreprise que des groupes créent lorsqu’ils ont affaire à un changement de culture interne, l’UTE a été conçue dans son essence même comme œuvrant dans le champ de l’Education mais aussi faite pour favoriser l’Innovation. Le croisement des regards sur les projets est un facteur important de réponse adaptée à une problématique donnée et source d’innovation.

Véritable laboratoire d’innovation pédagogique en milieu rural, l’UTE place ainsi les acteurs du territoire (entreprises, collectivités, institutions, citoyens…) dans une dynamique de territoire apprenant.

La logique et la posture de « territoire apprenant » repose sur le fait de faire ensemble (mode projet inter-structures privilégié) au profit du territoire et de ses acteurs. L’apprentissage est collectif. Il est généré par la co-éducation entre les uns et les autres.

De plus, la dimension culturelle du rapport à la connaissance évolue au fur et à mesure de l’avancement des travaux. Par exemple, l’accueil de ressources universitaires sur le territoire, au-delà de l’apport de compétences dans les entreprises contribue aussi à changer le rapport à la connaissance (« osez » l’université et les grandes écoles). La venue de stagiaires et doctorants favorise la mixité sociale du lieu d’accueil…

Le transfert des connaissances sur un territoire permet l’évolution des représentations, l’ouverture. Il s’agit de doter les individus et le territoire de capacités à s’adapter : agilité, réflexivité…

L’UTE se veut une dynamique permettant d’accueillir les qualités humaines de créativité, de souplesse et d’initiatives.

Elle repose sur :

  • Un principe : valoriser les regards croisés. Les sujets travaillés doivent faire l’objet d’un échange avec les 3 types d’acteurs au moment le plus opportun pour le projet : partenaires de l’éducation (Universitaires notamment), entreprises et institutions
  • Un impératif : créer de la valeur (compétitivité-valeur). Les initiatives issus  de l’UTE doivent enrichir le tissu socio-économique local.