Peut-on présupposer que chacun soit potentiellement novateur, que chaque entreprise puisse être innovante ? Peut-on prouver qu’à plusieurs la créativité se démultiplie ?

C’est à travers ce double défi qu’ont été proposés des ateliers de créativité sous l’impulsion de l’Institut du Management des Pratiques Locales. Mis en œuvre par la CCI de l’Ardèche, ces ateliers ont été préparés avec la DIRECCTE, le Pays de l’Ardèche méridionale, l’Université Territoriale d’Entreprises, le Conseil général et Initiative Ardèche méridionale. Ils se sont déroulés à Ruoms et à Flaviac en novembre dernier. Chacun a rassemblé entre 15 et 20 chefs d’entreprise, tout secteur confondu : artisanat, hôtellerie, industrie, tourisme…

Dans un premier temps, de grandes tendances socio-économiques actuelles ont été évoquées par Valérie Mathieu, Responsable du Master Management des Activités de Service de l’IAE d’Aix en Provence. Des comportements de consommation basés sur l’individualisme, l’hédonisme, la défiance, la reliance mais aussi le slowlife se développent dans un environnement économique dépressif. Parallèlement, l’environnement technologique est devenu très conquérant et il est à noter que 1,8 milliards d’individus rejoindront la société de consommation d’ici 2025 ! Pour répondre et s’adapter, une idée maitresse ressort : réfléchir à l’immatériel de consommation. Il s’agit par exemple de travailler sur les services associés aux produits commercialisés, de faire du territoire un support de développement et d’innovation, de toucher la sensibilité du client en lui proposant une expérience et de la beauté…

Dans un second temps, Lionel Charpentie, cabinet Polarise, a proposé aux participants de se répartir en sous-groupe afin de développer collectivement la créativité autour d’une des quatre images supports proposées relatives à la Grotte Chauvet, le quatrième âge, l’habitat collectif et au plateau repas. De nombreuses idées intéressantes en sont ressorties et surtout une conviction : pour être plus créatif, il est important de sortir de son contexte et de croiser les regards. Les participants ont d’ailleurs formulé le souhait de renouveler ce type d’expérience en soumettant leur propre problématique à tour de rôle à leurs pairs !